L’or dans le journal « le monde »

Quel ne fut pas mon étonnement de voir en première page du supplément financier du monde du lundi 24 novembre 2003 un article sur l’or, le sujet honteux. On ne parle pas des métaux précieux dans la presse financière, c’est ainsi, une sorte de tabou de ” journaleux “.

dessin monde de l'or

Parler d’or c’est apparaître comme un investisseur du 19ème siècles, ici on cause telecom et internet. Pas de cette relique barbare comme les hommes utilisent depuis des millénaires pour des motifs aujourd’hui dépassés. Maintenant, on vit dans l’ère des telecom et non du silex.
L’article débute par un constat, l’or a monté, comme le titre laisse l’entendre ” l’or au plus haut depuis sept ans “, ce titre tapageur qui m’a fait lire cet article avec émoi, bouleversé à l’idée de lire le premier article bull sur les matières premières. Bref, la victoire de l’émotion sur l’expérience me laisse penser que je tiens entre mes mains le premier article haussier sur mon sujet favori.
Il admet que l’or a monté de 60% en 3 ans, de 15 % en 1 an et il attribue cette hausse à l’Irak, aux doutes sur la qualité de la croissance US et à la faiblesse du dollar.
Ici, point question de raisons structurelles, de déficit de la production, de marché baissier de 20 ans pour cause de manipulation des cours, des mines fermées, d’explorations insuffisantes, de ventes à terme dangereuses, d’achat du marché Chinois, de rotation sectoriel, d’argent, de platine et autres banques centrales aux caves vides pour cause de prêt… Là, j’ai déjà mon opinion sur l’auteur, il ne connaît pas le sujet néanmoins il en parle quand même… Bon, je m’égare, retournons à cet article. Il suffit de voir le graphique de l’or à long terme pour comprendre que les facteurs conjoncturels de type ” crise géostratégique ” n’ont des conséquences sur l’or qu’à court terme. Pour ce qui est des doutes de la reprise et la faiblesse du dollar, là j’applaudis à deux mains, car c’est bien le fonctionnement intempestif de la planche à billets US qui se cache derrière cette croissance de papier et qui construit les déficits US à côté desquels Godzilla et King Kong sont des nains.
Les doutes de la croissance US ne sont que très récents puisque la croissance, elle-même, ne date que de quelques mois alors que l’or monte depuis trois ans. L’auteur parle du bas de l’or en août 1999, cela ne vous rappelle rien ? Si, si, chercher bien, HAA voilà c’est ça, c’est justement le plus haut du marché action que l’or ait signalé en débutant sa hausse. Alors admettre que l’or peut continuer à monter sous entend que le reste peut continuer à baisser, chose impassable dans ce type de journal, voila qui nous emmène à la deuxième partie.
Pour suivre un plan en deux parties (typique des grandes écoles françaises), il pose la question : faut-il acheter de l’or ? Là, il répond de suite, sans plus attendre, NON, et il explique dans sa deuxième partie les raisons de cette opinion négative.
Puisque l’or est dans un marché baissier de 20 ans et a perdu la ½ de sa valeur, il ne faut pas acheter.
Par démonstration, il nous déconseille ainsi d’acheter quelque chose qui, comme il l’indique, n’est pas cher.
L’or n’est pas intéressant quand il y a déflation. Il faudrait expliquer cela aux Japonais qui suite à une déflation de 10 ans ont perdu confiance en leur système financier et se sont mis à acheter de l’or.
Ensuite vient le temps des certitudes, ” la plupart des observateurs excluent ” un retour de l’inflation. Me voilà rassuré, car justement très inquiet au sujet de la masse monétaires US, j’ai cru naïvement que cela risque d’entraîner de l’inflation, bon là j’ironise, j’arrête c’est un sujet sérieux. Cette fameuse augmentation de la masse monétaire US qui entraîne la dévaluation du dollar et un grand concours pour savoir qu’elle sera le pays à la plus mauvaise monnaie. La hausse des taux de la Grande Bretagne et la résistance de la BCE n’a rien à voir non plus avec l’inflation ?
Puis c’est le tour de l’euro, il indique que l’or n’a pas monté en Euros. C’est en Europe une habitude, quand quelque chose ne va pas, c’est la faute à l’euro ou de l’Europe. Il parle même de rendement médiocre, j’aimerai savoir comment il qualifie le rendement du DJIA si il considère que celui de l’or en euro est médiocre. Il est vrai que l’or n’a que peu monté en euros, mais c’est plutôt une bonne nouvelle pour les européens qui peuvent encore acheter de l’or physique à un prix bradé, ce qui n’est plus le cas pour les américains.
Ensuite, vient l’argument de la taxation de l’or qui est pour lui un frein à l’achat d’or, à t-il oublié qu’en France les plus values sont taxées à 26% ?
Aprèscette explication en deux parties, qui bien qu’équilibrées dans les lignes, ne le sont plus du tout dans les propos, quand on compte le nombre d’arguments à charge et à décharge de l’or. La fin de l’article, style journalistique oblige, se veut neutre. Il admet que l’or à sa place en portefeuille mais sous forme de fonds communs de placement, ce qui en France est un très mauvais choix car les gérants de ces fonds connaissent très mal le sujet et remplissent le portefeuille d’actions de sociétés minières fortement ” hedgé “. Ainsi, au cas où l’auteur de l’article ait tort sur la tendance long terme de l’or, vous perdriez quand même car placés sur le plus mauvais support disponible dans ce secteur.

Pour conclure comme tout bon rédacteur que je ne suis pas, je dois avouer que la vue de ce titre en première page de ce grand quotidien m’a inquiété. Je me suis dit : “ c’est déjà le moment de vendre ? “. Car en général, c’est le signe de la fin d’un bull market quand ce genre de quotidien devient bull sur votre secteur chéri. Ouf non, Cet article est dans la droite ligne des perma-bull du marché actions des années 2000. Voilà, l’investisseur contrariant, que je suis, rassuré. Mais pour être honnête, cet article est le plus cohérent sur ce sujet qu’il m’ait été donné de lire dans un quotidien financier. C’est dire à quel point l’or n’ait pas aimé et c’est tant mieux car c’est le meilleur des signaux d’achat.

Dr Thomas Chaize

Ce contenu a été publié dans Métaux, Or. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *