Les réserves de pétrole et de gaz de 5 compagnies.

Ou va le prix du baril de pétrole ? Le prix des hydrocarbures intéressent autant les investisseurs que les consommateurs, quel sera le prix du litre d’essence pour remplir le réservoir de la voiture, du fuel pour le chauffage de la maison ou du kérosène pour les avions. Comme prévu, le prix du baril de pétrole est passé à 40, 60 et 80 dollars le baril en 4 ans et aujourd’hui “l’or noir” se repose un peu après cette longue hausse, mais pour combien de temps ? Il est toujours difficile de prévoir ce que vont faire les matières première à court terme, et c’est encore plus vrai pour le prix du baril de pétrole qui baisse et monte violemment avec les crises, les guerres, les informations sur la production de l’OPEP. A long terme, c’est beaucoup plus simple, les effets des crises conjoncturelles s’estompent, il reste alors les raisons structurelles qui donnent la tendance de fond, celle-ci est finalement beaucoup plus simple à identifier. Si on réfléchit au pétrole à long terme, on passe toujours par les travaux de King Hubbert et le pic de production mondiale de pétrole. Le pic de production de pétrole aura lieu, c’est une certitude, mais quand ? Aujourd’hui pour les pessimistes, en 2030 pour les plus optimistes, il faut avoir un point de vue sur ce sujet pour imaginer ce que sera le prix du pétrole dans quelques années.
En bon pessimiste, il me semble que le pic de production ne doit plus être bien loin, et je ne cherche pas à calculer la quantité exacte des réserves mondiales de pétrole, mais je cherche plutôt des petits signaux qui pourraient m’informer de la situation de la production mondiale de pétrole. C’est pour cela que je me suis intéressé à ces cinq grandes compagnies de pétrole et à leurs réserves de gaz naturel et de pétrole.

Dessin pétrole petrorama.fr

I. Les réserves en Barils équivalent pétrole (BOE) de cinq grands producteurs de pétrole.

1) Pourquoi étudier les réserves de 5 grandes compagnies de pétrole ?

L’idée est simple, plutôt que d’aborder le sujet du pic mondial de la production de pétrole en cherchant à estimer les réserves et la production par pays, j’ai préfère aborder cela par les grandes compagnies pétrolière et leur production.
Les réserves des grandes compagnies nationales ne sont pas disponibles ou bien beaucoup trop floues pour être utilisées ici, j’ai donc malheureusement été obligé d’écarter d’importants producteurs de pétrole. j’ai retenu 5 compagnies privées qui sont originaires de deux continents et produisent partout dans le monde. Elles ont entre 6.7 et 22 milliards de Baril équivalent pétrole de réserves. Le travail a été fait à partir des bilans annuels de 2001 à 2005 de ces grandes compagnies pétrolières. C’est facile d’avoir les informations sur les activités en aval, c’est à dire sur les raffineries, l’industrie chimique, les stations essence ou encore sur le bilan financier, mais c’est plus compliqué d’avoir les chiffres des réserves de pétrole et de gaz naturel, résultat de leurs campagnes d’exploration géologique et géophysique, et aussi, bien souvent, du rachat d’autres compagnies (= nouvelles réserves pour la compagnie, mais pas pour le monde).

2) Les réserves en Baril équivalent pétrole (boe).

Voici le total des réserves des cinq compagnies pétrolières en Baril équivalent pétrole :
Il y a une augmentation de 2001 à 2005 de 4.2% des réserves de pétrole en Baril équivalent pétrole, soit une hausse des réserves de +/- 1% par an.

Graphique des réserves BOE de pétroles de 5 compagnies

Réserves de pétrole BOE

II. Les réserves de pétrole et de gaz naturel de cinq grands producteurs de pétrole.

1. Les réserves de pétrole.

Cette croissance des réserves globales de pétrole et de gaz naturel cache une stagnation des réserves de pétrole de 2001 à 2005, après un maximum en 2003 :

Graphique des réserves de pétrole de 5 compagnies pétrolieres de 2001 à 2005.

Réserves de pétrole

2) Les réserves de gaz naturel.

A l’inverse, les réserves de gaz naturel de cinq grandes compagnies pétrolières ont augmenté de 2001 à 2005. Ceci est cohérent puisque les réserves de gaz naturel restantes sont plus importantes que celle de pétrole, le pic de production du pétrole aura lieu bien avant celui du gaz naturel.

3) Les limites de cette approche.

Ces chiffres concernent seulement cinq grandes compagnies pétrolière, alors qu’il existe des centaines de petites compagnies qui explorent et exploitent le pétrole un peu partout dans le monde.
Il faut pas regarder ces chiffres à loupe, il faut juste y chercher une tendance générale, baisse, hausse, stagnation. Je dirais simplement que pour ces cinq grandes compagnies, les réserves de pétrole ont stagné et que les réserves de gaz naturel ont un peu augmenté. J’ai le sentiment que c’est la même chose pour les réserves et la production mondiale de pétrole et de gaz, stagnation pour le pétrole et légère hausse pour le gaz, mais c’est juste un sentiment personnel.

Ces sociétés pétrolières ont de multiples activités qui découlent de leur production de pétrole et de gaz. Elles ont des raffineries, une industrie chimique, gèrent des pipelines, les réserves en aval sont utiles pour cette industrie en amont. Malgré les énormes efforts d’exploration de ces compagnies pétrolières à chercher de nouveaux gisements de pétrole et de gaz naturel dans une période de forte hausse des prix du baril de pétrole, leurs réserves n’ont finalement pas beaucoup augmenté.
Les réserves de ces compagnies sont souvent données de façon sommaire en BOE (Baril équivalent pétrole), mais il faut dépasser ces chiffres et regarder la part que représente le pétrole dans ces réserves. La tendance semble être a une augmentation de la part du gaz naturel dans ces réserves et une stagnation du pétrole, cependant le gaz ne remplacera jamais complètement le pétrole dans toutes ces utilisations, et le gaz naturel pose également des problèmes de transpor. En effet, il faut construire terminaux pour permettre son transport par voie maritime dans des méthaniers ou de gazoduc pour le transport terrestre, tout cela complique énormément sa livraison.
Malgré leurs énormes efforts d’exploration pour trouver ce précieux combustible, les réserves de ces cinq compagnies pétrolières ont peu augmentées, on ne risque pas la panne sèche, mais on peut quand même se poser la question sur le début d’une stagnation de la production mondiale de pétrole. Je ne crois pas que ce soit l’exploitation de quelques coûteux sable bitumineux ou gisement off shore en eau profonde qui changera cette situation.
Quand les bilans de l’année 2006 seront disponibles, je mettrai à jour cette petite étude pour voir si la tendance se confirme.
Pour en revenir aux prix du baril de pétrole, je n’ai rien trouvé dans les réserves de ces compagnies qui permette de dire que la demande mondiale d’énergie sera comblée par une hausse importante des réserves et de la production de pétrole. Dans ces conditions, je ne vois aucunes raisons pour que le pétrole ne se dirige pas vers les 100 dollars le baril pour faire face à la demande croissante “d’or noir“.

Dr Thomas Chaize

Ce contenu a été publié dans Energie, Gaz naturel, Pétrole. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *