Les cycles de Kondratiev et le pétrole

Je trouvais intéressant de croiser le pic de production du pétrole et la théorie des cycles de Kondratiev. Les Cycles de Kondratiev permettent de donner un cadre théorique, sur le long terme, à l’évolution de l’économie et du prix du pétrole.

dessin portrait Nikolai Dmitrijewitsch Kondratiev

I. cycles de Kondratiev et le pétrole.

A. Présentation :

Nikolai Dmitrijewitsch Kondratiev (1892-1938) est un économiste soviétique. Il a mis en évidence des cycles de 50 ans dans les activités économiques des quatre grandes puissances de son époque : les Etats Unis, le Royaume Uni, l’Allemagne et la France. Directeur de l’institut des conjonctures économiques, ses théories sur les cycles le condamnent au goulag où il meurt fusillé en 1938.

B. La théorie des cycles :

Kondratiev a mis en évidence des cycles d’une longueur de 30 à 50 ans. Que l’on peut résumer en quatre phases :

  • Le printemps (investissement, croissance, création de richesse)
  • L’été (limite de la croissance « exponentiel »)
  • L’automne (ralentissement de la prospérité)
  • L’hiver  (dépression, déclin)

Chaque nouveau cycle a comme moteur, dans sa période de croissance, une innovation technologique.

II. Les cycles de Kondratiev.

A. Les cycles.

Les trois premiers cycles sont bien définis :

  • Cycle  1 – 1800-1848 (la machine à vapeur) crise de 1848.
  • Cycle 2 – 1848-1896 (le chemin de fer) comprenant la période de la grande dépression de 1873 à 1896.
  • Cycle 3 – 1896-1940 (moteur à explosion, électricité), crise de 1929.
  • Cycle 4 – 1940- ???? (Industrie pétrolière, électronique, pétrole source d’énergie)
    Quand se termine le quatrième cycle de Kondratiev ? Hier, aujourd’hui ou demain ?

C. Quand la fin du quatrième cycle ?

  1. Il existe trois points de vue sur ce sujet :
    Les cycles de Kondratiev n’existent plus ! Ils étaient valables pour le 19éme et le début du 20éme siècle mais ne le sont plus aujourd’hui.
  2. Le cycle n° 4 est terminé et la crise (l’hiver) a eu lieu dans les années 1970 avec le choc pétrolier. Nous sommes dans un nouveau cycle (n°5) qui devrait aboutir à un nouvel hiver à partir de 2010-2020.
  3. Le cycle n° 4 n’est pas terminé. Il est beaucoup plus long que les précédents cycles. Une période de grande croissance basée sur l’utilisation du pétrole à bas prix et  les interventions des banques centrales dans le monde économique ont décalé l’hiver de Kondratiev mais ne l’ont pas fait disparaître.

cycles de Kondratiev et le pétrole

Il existe donc trois options :

  1. Absence de cycles, absence de crises, la fin du pétrole a lieu sans crises. (Ceci n’est pas une blague, vous pouvez le lire quotidiennement dans vos journaux).Cycle n°5, approche de l’hiver de Kondratiev avec le pic de production du pétrole.
  2. Cycle n°4, le scénario est celui d’un cycle plus long et donc d’un hiver plus violent s’accompagnant de l’arrivée du pic de production

J’ai une préférence pour le « super » cycle n° 4, pas encore terminé, c’est-à-dire le scénario d’un cycle plus long (croissance plus forte, intervention économique plus efficace et surtout pétrole abondant) qui devrait engendrer un hiver de Kondratiev plus violent. Mais le cas d’un cycle n°5 est aussi probable. Porteur du même plan, la chute de la production du pétrole entraîne une crise et le cycle suivant se construit avec un nouveau moteur de croissance…

III. Bientôt l’hiver de Kondratiev à cause du pétrole.

A. Les causes de l’hiver de Kondratiev.

Pour schématiser, on envisage deux causes aux crises de l’hiver de Kondratiev : la sous production ou la sur production. Pour ma part, je pense que c’est la sous production de pétrole et d’autres sources d’énergie (Uranium, gaz naturel) et des matières premières (eau, platine, or, cuivre, zinc, argent, plomb, étain, nickel…) pour cause de déclin des réserves qui va limiter la croissance de l’offre. Nous pourrons toujours fabriquer de nouveaux téléviseurs pour de nouveaux clients (le marketing réussirait à vendre un cinquième téléviseurs a des pingouins), mais l’énergie et les ressources manqueront. Dommage pour le marketing !
La proximité du pic de production pétrolier et la fin de se «super cycle» de Kondratiev qui a eu comme moteur le pétrole, ne me semble pas dû au hasard, il semble annoncer la fin du cycle n°4 ou 5 de Kondratiev.

B. Les conséquences :

La croissance de la masse monétaire servant à retarder l’arrivée de l’hiver de Kondratiev, la raréfaction du pétrole et des ressources naturelles vont favoriser le retour de l’inflation. Cette dernière fera passer l’inflation des années 1980, celle du Zimbabwe ou de la République de Weimar pour une gestion de père de famille.
Les cycles de Kondratiev aident à construire un cadre théorique sur la situation économique, qu’ils existent ou pas, ils permettent un axe de réflexion, mais ne donnent pas la date et l’heure de la prochaine crise. L’idée, des cycles de Kondratiev, d’une crise tous les 50 ans me semble à retenir. Néanmoins, depuis la crise de 1929 et la seconde guerre mondiale, il s’est passé 60 ans sans que nous ayons eu de grandes crises du type de 1929. Certains diront « aujourd’hui nous avons le contrôle de l’économie, plus de crise possible !!!! ». Je veux bien, mais le concept d’une hausse perpétuelle grâce à un sage contrôle de l’économie ne suffit pas comme explication théorique, et ce surtout quand le réservoir d’essence qui nourrit le moteur de cette hausse depuis plusieurs décennies se vide…
La Vraie question pour vous et moi, si le scénario le plus pessimiste a lieu, est de savoir comment passer l’hiver et quel sera le moteur du prochain cycle de Kondratiev…

Dr Thomas Chaize

« Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise.  »
Jean Monnet

Ce contenu a été publié dans Energie, Pétrole. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *