Prix du pétrole en 2011

En 2008 le prix du pétrole a atteint le même niveau qu’en 1980 (corriger de l’inflation), soit +/- 100 dollars le baril. En 1980, pendant le second choc pétrolier, l’origine de la hausse était la révolution iranienne et la guerre Iran/Irak. En 2008, pas de cause exogène : la guerre, mais un problème endogène : le peak oil.
Les origines différentes des deux crises nous incitent à suivre des stratégies radicalement différentes. Alors qu’en 1980 il était nécessaire de fuir le secteur pétrolier, aujourd’hui c’est probablement le meilleur secteur d’investissement à long terme (le pétrole et l’énergie au sens large).
Depuis quelque mois, discrètement, dans l’indifférence, le pétrole a atteint le même niveau de prix en moyenne annuelle qu’en 1980 et 2008. Alors qu’il avait fallu presque 30 ans au pétrole pour atteindre son précédent record, aujourd’hui, 2 ans après, le pétrole est déjà de retour sur son sommet…
Le prochain signal important sera le passage de la barre des 100 dollars le baril de pétrole (moyenne annuelle).

Graphique du prix du pétrole de 1970 à 2011

Le prix du pétrole

En 2008 après la hausse record du prix du baril de pétrole  le monde a connu la pire crise systémique depuis 1929.
Cette année, alors que le prix du baril de pétrole a atteint presque (94 dollars le baril de pétrole) le même niveau de prix qu’en 2008 (99 dollars le baril de pétrole) l’économie mondiale a connu une sorte de spasme violent qui a provoqué la chute de certains indices et compagnies à des niveaux proches de ceux de la crise de 2008.

Graphique du prix du pétrole de 2007 à 2011

La différence avec 2008 est que le niveau de production mondiale de pétrole mensuel all liquid (tous liquides) a « anticipé » la hausse des prix, pour éviter que le prix du baril de pétrole ne s’envole trop haut.
La production mondiale de pétrole a dépassé temporairement son niveau record de juillet 2008 quelques mois avant la hausse des prix, en janvier 2011 avec 88.3 millions de barils/jour.
La production mondiale de pétrole tous liquides comprend le pétrole conventionnel,  le pétrole des sables bitumineux, de l’huile de palme, l’huile végétale, l’essence synthétique à partir du charbon (CTL), le GTL, les condensats, le pétrole de schiste, le Bioéthanol…

Graphique de la production de pétrole 2008 à 2009

Avec le pic pétrolier, le prix du pétrole demeure sur une tendance haussière très long terme, ponctuée de chutes violentes et brèves à chaque fois que l’économie ne supporte plus un niveau de prix trop élevé. Mais petit à petit la production de pétrole conventionnel stagne, voir probablement baisse et l’économie mondiale va devoir s’adapter à un prix du baril de pétrole de plus en plus cher.

Cette tendance du pétrole aura des répercutions baissières pour certains secteurs et très haussières sur d’autres. Ne m’intéressant exclusivement qu’aux matières premiers voici quelques secteurs où cela aura des répercutions haussières : les métaux industriels (cuivre, fer, zinc, plomb, étain…), les métaux précieux (or, argent, platine), le diamant, le charbon, la potasse, les meilleures mines, la production et le stockage de l’énergie, le recyclage, le bois, les matières agricoles (viande, blé, maïs, coton…)…

Dr Thomas Chaize

Ce contenu a été publié dans Energie, Pétrole. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *